Laurent Pietraszewski
Député de la 11ème Circonscription du Nord

Armentières, Pays des Weppes, Lomme, Lille Sud Ouest

À l'Assemblée Nationale

Le projet de loi portant mesures d’urgence économiques et sociales sera déposé sur le bureau de l’Assemblée nationale le mercredi 19 décembre. Le Parlement devrait voter ce projet de loi avant Noël.

Les mesures :

  • La prime exceptionnelle : cette prime va bien plus loin que ce qui a été fait par le passé : elle est totalement défiscalisée : impôts, charges sociales, CSG-CRDS jusqu’à un montant de 1 000 euros pour les salariés gagnants moins de 3 fois le SMIC. Cette prime est versée librement par l’entreprise, dans des conditions simples et lisibles. Beaucoup d’entreprises se sont saisies de cette opportunité et pas seulement des grands groupes.
  • Les heures supplémentaires : l’impact sur le pouvoir d’achat des salariés sera maximal avec une défiscalisation en plus d’une suppression de cotisations, le gain s’élèvera à 400 euros par an, en moyenne.
  • Hausse du SMIC de 100 euros net : l’engagement du Président de la République passera par une hausse massive de la prime d’activité si le Parlement vote la mesure cette semaine. Dans ce cas, dès le 5 février, la prime sera versée pour compléter le salaire de janvier et atteindre la hausse de 100 euros. Cette solution garantit la justice sociale en prenant en compte l’ensemble des revenus du foyer.

        A terme, il faudra travailler pour rendre la prime d’activité plus lisible, plus automatique.

        ​=> 5 millions de foyers seront concernés.

        - Tous les salariés célibataires sans enfant auront 100 euros de plus jusqu’à 1 560 euros de                                revenus.

        - Avec 1 enfant, une mère célibataire pourra percevoir la prime jusqu’à 2 000 euros de salaire.

        - Un couple de deux enfants dont l’un gagne le SMIC et l’autre 1750 euros verra ses revenus                                augmenter de 200 euros.

Utiliser la prime d’activité permet d’inclure les indépendants et les fonctionnaires dont les rémunérations sont proches du SMIC.

  • CSG et retraités : prise en compte par le gouvernement et sa majorité d’une demande légitime de justice sociale. Dans le dispositif précédent, 60% des retraités étaient touchés par l’augmentation de CSG, désormais 70% des retraités ne sont pas concernés par cette augmentation de CSG.

Le coût de ces mesures est de l’ordre de 10 milliards d’euros. Légère augmentation du déficit mais le gouvernement et sa majorité font attention au déficit et nous prendrons une série de mesures sur les entreprises et sur les dépenses pour contenir ce déficit.

Le gouvernement et sa majorité vont continuer à transformer, à moderniser le pays, la période montre la nécessité de ne pas rester immobile : le travail doit payer. Les Français veulent que nous agissions sur le pouvoir d’achat tout en les associant à la décision. L’objectif reste de créer des richesses, de réduire le coût du travail, d’être plus compétitif. Baisser le coût du travail tout en augmentant le pouvoir d’achat est indispensable pour notre pays.

Il faut continuer à moderniser le pays avec les futures réformes de l’assurance chômage, la fonction publique, les retraites….


Articles similaires

Réalisation & référencement Référencement et création de site pour de politique

Connexion

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'installation et l'utilisation de cookies sur votre poste, notamment à des fins d'analyse d'audience, dans le respect de notre politique de protection de votre vie privée.