Laurent Pietraszewski
Député de la 11ème Circonscription du Nord

Armentières, Pays des Weppes, Lomme, Lille Sud Ouest

À l'Assemblée Nationale

Ce mardi 3 avril 2018, nous avons auditionné devant la Commission des affaires sociales de l’Assemblée Nationale, Monsieur Jean-Marc BORELLO sur son rapport « Donnons- nous les moyens de l’inclusion », remis le 16 janvier dernier à Madame Muriel PÉNICAUD, Ministre du Travail.

M. BORELLO est le fondateur et Président du groupe SOS, premier groupe de l’économie sociale et solidaire européen qui intervient dans huit secteurs d’activités : jeunesse, emploi, solidarités, santé, séniors, culture, transition écologique et action internationale.

En septembre dernier, le Premier Ministre prenait acte de l’inefficacité des contrats aidés à insérer efficacement et durablement leurs titulaires sur le marché du travail et proposait une réécriture de ce dispositif. Il annonçait dans le même temps la reconduction de 200 000 contrats aidés pour 2018 autour du triptyque : emploi, accompagnement, formation en ciblant l’urgence sanitaire et social et l’accompagnement des enfants handicapés en milieu scolaire.

Muriel PÉNICAUD a confié à Jean-Marc BORELLO une mission visant à trouver des solutions innovantes pour lutter contre l’exclusion du marché du travail. Ce rapport a été accueilli très favorablement par les commissaires aux affaires sociales de l’Assemblée Nationale comme par les acteurs de l’économie sociale et solidaire. Il fait le constat du manque d’efficacité des emplois aidés et reprend des solutions venant des acteurs de terrain.

M. BORELLO souligne dans son rapport que près de 1,4 million de personnes sont éloignées de l’emploi mais que personne n’est inemployable. Il met en évidence l’incapacité des dispositifs d’insertion traditionnels à garantir un retour durable dans l’emploi et, ce, depuis de nombreuses années.

Pour favoriser l’insertion professionnelle, le rapport fait une vingtaine de propositions au premier rang desquelles se trouve le développement de l’employeur-abilité, -la capacité à employer- comme critère de sélection dans l’aide à l’emploi en envisageant une obligation d’embauche des chômeurs de longue durée et l’instauration d’un bonus- malus pour généraliser la prise en compte de « l’employeur-abilité ».

Le rapport prévoit aussi l’amplification de l’expérimentation « territoire zéro chômeur » (L’Etat finance des créations d’emplois pour des chômeurs de longue durée, la logique étant : plutôt un travail que le chômage).

 

Ce rapport propose un véritable renversement de logique avec moins d’aides octroyées aux structures et plus d’inclusion des personnes avec un recentrage des dispositifs d’accès et de retour à l’emploi sur des objectifs d’équité et d’efficacité en sélectionnant mieux les employeurs selon leur employeur-abilité. Il s’agit de passer d’une logique quantitative visant une masse de contrats aidés, à une exigence de qualité.

 

Ainsi, le rapport propose de remplacer les contrats aidés par des parcours-emploi compétences contenant des obligations précises et contrôlées pour l’employeur. Des fonds régionaux d’inclusion seront créés permettant de coller à la réalité des territoires et de créer des partenariats avec les collectivités, les départements, communes, régions.

Un pacte d’ambition avec le secteur de l’insertion par l’activité économique est aussi proposé en vue d’atteindre une croissance annuelle de 20% du nombre de salariés d’ici la fin du quinquennat avec une hausse budgétaire modérée du fait d’une amélioration de la performance.

Des contrats de professionnalisation accélérée, accessibles à une partie des personnes éloignées de l’emploi, accompagnés vers l’excellence par leur employeur grâce à une subvention, font partie de la panoplie des nouveaux outils proposés.

Je soutiens les propositions de ce rapport car elles vont permettre de passer d’une logique de moyens à une logique de résultats, c’est le sens de la création du fonds d’inclusion dans l’emploi, outil souple de mobilisation des acteurs de terrain. Rien ne se fera sans les acteurs de terrain qu’il convient de mobiliser sans retenue, c’est le sens de la proposition de M. BORELLO de réunion d’une conférence de l’inclusion économique et sociale pour tracer une feuille de route et lutter contre l’exclusion économique et sociale. La mobilisation de la société dans son ensemble est primordiale, c’est aussi le sens de la proposition de création d’un engagement civique transmission pour les personnes volontaires de plus de 55 ou 57 ans.

 

Le gouvernement et sa majorité sont mobilisés pour démontrer que personne n’est inemployable à condition de mettre en place les bons outils. Preuve de cette mobilisation de tous les instants, les trois quarts des propositions du rapport de Jean-Marc BORELLO sont d’ores et déjà mises en place par la Ministre du Travail, les propositions restantes seront débattues lors de l’examen au Parlement du projet de loi pour la liberté de choisir son avenir professionnel.

 

Les réformes se poursuivent avec toujours l’objectif d’améliorer concrètement la vie quotidienne de nos concitoyens, loin des idéologies mais au plus près des réalités vécues.


Articles similaires

Réalisation & référencement Référencement et création de site pour de politique

Connexion

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'installation et l'utilisation de cookies sur votre poste, notamment à des fins d'analyse d'audience, dans le respect de notre politique de protection de votre vie privée.